IDartist
Painting
Painting
Installations
Installations
Theatre
Theatre
About me
About me
Links
Links
Slovenski jezik

Painting

Back to Beginning

Back to Beginning

Mandala circles

Size: 100 x 70 cm
Mixed technique: screen printing, photography, collage

On décrira généralement, la mandala comme une image multicolore et riche en éléments divers et en motifs vifs, capturée et contenue dans la forme la plus parfaite – le cercle, et qui, malgré son riche fond, fonctionne avec la plus grande harmonie.
Pareillement, le monde créateur hétéroclite d'Iztok Šostarec combine et explore les différents techniques et styles et leurs effets finaux recouvrent tant de savoir-faire et de sphères créatives qu'il serait difficile de le réduire sous un seul terme du domaine des arts plastiques.
Ce monde s'unifie dans toute sa diversité et puise sa sérénité dans l'attitude approfondie que l'auteur possède à l'égard de la vie qui se reflète à travers son œuvre et qui ne supporte pas aucune superficie.
Car le terrain que Šostarec a commencé de conquérir comme étudiant de design industriel et mode à la Faculté de technologie textile à Zagreb, surpasse aujourd'hui les sujets classiques des arts plastiques – de la peinture et sculpture, de la fabrication du bijou, accessoires de mode et objets décoratifs jusqu'au théâtre : masque, costumes et finalement la scénographie à travers laquelle il intervient déjà dans le domaine de la maîtrise de l'espace, ce qu'on peut observer aussi dans ses vitrines plusieurs fois récompensées ou dans les installations spatiales.
Ce sont surtout celles-ci qui sont devenues son medium préféré dans ces dernières années. On ne peut pas les comprendre dans le cadre des années 60 et 70, années provocatrices, poussant la sculpture jusqu'au bord et au-delà, mais comme un allongement tridimensionnel de la mise en scène de peinture et de sculpture qui invite le spectateur d'y participer. Pareillement à tous ses créations , toujours sensibles et esthétiquement achevées, Šostarec choisit aussi pour le fond de ses installations des thèmes extrêmement subtils, comme par exemple les quatre éléments, le chemin du samouraï marqué de nombreux obstacles, de la discipline et de la croissance spirituelle, aussi bien que des thèmes du reflet impalpable et finalement de l'homme même ; donc des notions riches et multiples, difficiles à capturer dans la forme visuelle malgré leur manifestation symboliquement forte.
Iztok n'évite pas ces sortes de défis et ne craint pas d'incorporer dans ses installations (le plus souvent métaphysiquement inspirées) un peu d'humour et ironie qui soufflent de « Distance et sourire », son dernier projet réalisé, où il a mis en rôle de bergères pétulantes et vives de Fragonard l'icone pop de XXème siècle – la poupée Barbie. A travers l'œuvre entier de Šostarec on peut suivre les différents niveaux spatiaux et une gradation de ses œuvres, qui se transforment à travers les toiles plats et le design plus étroit en des installation et scénographies spatialement sensibles ; pourtant son espace ne se termine pas à cet endroit, donc avec la troisième dimension : son but est de créer une multiple œuvre d'art. Le cercle de mandala de l'auteur, qui réunit toute cette diversité dans un ensemble clos, est justement l'existence de ses œuvres à plusieurs dimensions, qui s'adressent aux différents niveaux de la conscience de l'homme et qui ne cachent pas dans sa perfection esthétique la foi dans le Beau de Šostarec, qui est à vrai dire la foi dans le Bien.
Le cycle de collages « Les cercles de Mandala », sur lequel Šostarec a travaillé pendant un an, ne s'attache pas exclusivement à cette technique ancienne, pour laquelle Jung a reconnu le procès de révélation du soi qui s'écoule parallèlement en progressant vers centre de mandala et qui mène à l'harmonisation de l'âme et à un regard équilibré sur la vie.
Les sept images en sept couleurs dominantes qui égalent à l'arc-en-ciel de couleurs des chakra représentent l'interprétation de l'auteur des centres énergétiques vitaux à l'intérieur de l'homme : la concentration rouge de la terre – la mise en terre, l'explosion intérieure orange – la sensualité, la naissance jaune, les sensations verts, la communication bleue, l'intuition violette et le recommencement blanc qui symbolise le cercle interminable de mandala. La présence de figures humaines sur toutes les images se manifestant toujours en un ou deux pairs montre une attitude de l'homme concentré sur l'humanisme, leur physionomie étant plus accentuée en coloris que l'arrière-plan subtil et parsemé de petits éléments raffinés. Elles semblent planer dans une sorte d' « entre-espace » où elles ne sont pas limitées de perspective quelconque, occupant néanmoins la place centrale puisque c'est l'homme lui-même ce destinataire auquel l'auteur s'adresse (in)directement. La technique choisie de collage, à laquelle l'auteur entrelace des éléments graphiques et photographiques, c'est la technique que la modernité européenne a exploitée surtout dans le cadre de dadaïsme et surréalisme pour déconstruire, dévaloriser ou chiffrer l'œuvre d'art, tandis que l'auteur l'utilise pour reconstruire, régénérer l'homme en un être harmonieux. Avec ses tendances, il surpasse la fonction décorative et – dans le sens de sa propre confession – aussi expressive de l'œuvre d'art et touche le domaine de son utilité, applicabilité et finalement un certain bien-être pour l'homme, semblable à la création de Marko Pogačnik en sculpture, qui a développé les techniques de lithopuncture et géomancie avec lesquelles il s'engage dans le domaine de la cure de la Terre.
A l'aide de mandala, qui encourage l'élévation de la conscience de la partie gauche rationnelle du cerveau en partie droite d'intuition, Šostarec raconte une histoire universelle de l'homme, « un être qui fait une partie inévitable du monde en vibration et qui, dans un procès d'unification, donne la vie à l'univers ». A travers ses toiles, il veut rappeler l'homme comme il a déjà été, il y a longtemps et qui peut avec un fort désir, curiosité et persévérance réapprendre/se souvenir de tout ce qui a été oublié, de sa liaison primordiale avec la nature et de sa place dans le cosmos. Il tisse dans ses collages les mondes d'au-delà, des autres dimensions et états de conscience qui existent, étant visibles ou non et sans égard à ce que si nous y croyons ou non. Au premier vu, il les présente au spectateur directement, à travers la présentation de l'homme sans poids, planant dans les vastes paysages inconnus, et ces images comme un symbole de Platon portent en eux-mêmes une partie de l'énergie, une partie de soi-même ou bien du Soi et comme telles elles non seulement s'adressent au public ou témoignent, mais aussi agitent, influencent et se libèrent dans l'espace.
Dans la création de Šostarec, on voit une conscience profonde de la mission que l'artiste porte en soi en raison du privilège provenant du talent artistique qui lui a été donné puisqu'il essaie par son art de changer le monde – en meilleur.

Auteur: Maja Marinkovska

« previous image   |   next image »
Earth Concentration
Earth Concentration
Internal Explosion
Internal Explosion
Birth
Birth
Emotion
Emotion
Communication
Communication
Intuition
Intuition
Back to Beginning
Back to Beginning
Wind
Wind
Detail
Detail
1  2  Next